Acheter par téléphone (9 h / 19 h)

Le Roadtrip d'Anya au Népal !

"Bonjour à tous, C'est Anya de Partir Haut Loin.
Mes 2 mois au Népal touchent à leur fin.
Et c'est avec joie que je prépare mes affaires pour rejoindre l'Inde.

On imagine souvent un voyageur en tour du monde comme ça : il se lève tôt le matin, avec la pêche pour partir à la découverte d’un nouveau temple, d’un énième musée ou pour se dégourdir les jambes lors d’un trek à la journée. Il est émerveillé par tout ce qu’il voit. Chaque seconde est un bonheur et il va en gambadant avec son sac sur le dos, d’exploration en exploration. La routine ? Quelle routine ? Il ne passe pas une minute à s’ennuyer, voyons ! Il y a tellement de choses à faire ! Il rencontre tout le temps des personnes incroyables sur la route, avale des bols de culture et boit des litres de langues étrangères.
Sauf qu’être en tour du monde… Ce n’est pas tout le temps comme ça !
Parfois, au milieu de tout ce tumulte, on souhaite revenir à une certaine routine !

« Une routine ? Alors qu’en France, on nous assomme d’articles sur comment la casser cette routine ! Et toi, tu veux retrouver cela ? »

Eh bien oui ! Et c’est exactement ce que j’ai fait au Népal. Je me suis installée dans une chambre privée pour 2 semaines (fini les dortoirs bondés et tout bruyant !), je me suis inscrite au yoga et j’ai trouvé un petit café où bosser (pas en tant que serveuse hein ! Bosser sur mes vidéos, sur mes articles…)
On me dit souvent que j’ai pris un an de vacances. Mais je vous assure qu’être en tour du monde, ce n’est pas tout le temps être en vacances ! L’esprit s’agite. Il faut être attentif à tout ce qui nous entoure (et même triplement plus attentif lorsqu’on est une fille qui voyage seule !), refuser 40 000 fois dans la journée le taxi qu’on te propose, négocier pour chaque achat, décider toutes les 2 minutes sans avoir l’avis de personne, s’écouter, rencontrer des gens, avoir la même discussion avec d’autres voyageurs 10 fois dans la semaine… Parfois, tout ça, c’est épuisant ! Et je ne vous parle pas des heures de bus ou de voiture avec les genoux si coincés qu’en les dépliant, ils se mettent à crier, du décalage horaire, des heures de sommeils manquées dans des auberges miteuses où les matelas et l’eau chaude sont inexistants !
En fait, sortir de sa zone de confort en permanence, même si c’est souvent génial et ça nous renforce, ça fatigue également, il n’y a pas à dire !

Du coup, ces deux dernières semaines au Népal, j’ai décidé de me remettre dans un petit train de vie tranquille après tant d’expériences bouleversantes juste auparavant. C’est ainsi que j’ai eu l’occasion de faire de nombreuses heures de Skype avec plein de jeunes aux personnalités bien différentes via l’association l’enfant@l’hôpital !

Pour vous remettre un peu dans le contexte, je suis voyageuse solidaire pour cette association qui aide des jeunes hospitalisés ou en grosses difficultés scolaire par exemple. Chaque semaine, j’envoie mes récits à différents centres et je réponds directement et personnellement à chaque enfant qui m’envoie un message !

Et pour la première fois, après des semaines à lire leurs petits mots et à apprendre à les connaître, j’ai enfin pu découvrir leurs visages ! Alors bien sûr, c’était à travers mon écran ! Mais quel bonheur de voir leur surprise sur leurs traits lorsque je suis apparue dans leur salle de classe !
« C’est Anya ? C’est vraiment Anya ? Pour de vrai ? En direct ? »

Alors certains ont été si impressionnés qu’ils en sont devenus timides. Mais il y en avait toujours d’autres pour me poser des questions.

« Alors Anya, quel paysage as-tu préféré ?
Est-ce que c’était bon la viande de renne ? Et le lait de renne ?
Est-ce que tu pourrais manger le piment le plus piquant du monde ?
Et ta famille te manque ? Et tes amis ?
Et tu peux nous en dire plus sur les orangs-outans, les aigles et les Kazakhs ?
Et où es-tu maintenant ? Il est quelle heure chez toi ?
Pourquoi tu es en doudoune ? C’est aussi l’hiver là-bas ?
Est-ce que tu as la télé là où tu es ?
Et l’eau avec ta gourde filtrante, elle a un mauvais goût ?
Tu aimes le riz cantonais ? »

Finalement, après plusieurs heures de Skype avec différents groupes à leur parler de mon voyage en Malaisie, à Bornéo, en Chine, en Mongolie, au Népal… J’ai fini par voyager tout en restant assise sur le lit de ma chambre d’hôtel !
Et je peux vous assurer, que d’entendre leur voix, leurs questions, de voir leur sourire et leurs nombreux coucous… ça m’a donné encore plus envie de voyager pour ces p’tits jeunes à l’autre bout du monde… Enfin. Je veux dire… En France !
Comme quoi, la routine, parfois, ça a du bien ! Même en voyage !

A bientôt, pour de nouvelles aventures !
Anya"

 

Transactions sécurisées par